BLOCK

BLOCK

PARTICIPEZ

Envoyons un message clair: les soins à domicile doivent demeurer accessibles et publics!

Monsieur le député,
Madame la députée,

L'état des soins à domicile au Québec m'inquiète énormément.

Nous savons toutes et tous que la possibilité de recevoir des soins chez soi est un élément essentiel pour que les personnes aînées et les plus vulnérables de notre société continuent d'être autonomes, actifs et engagés dans leur communauté. En plus de permettre des économies substantielles au réseau, ces soins contribuent aussi à désengorger nos hôpitaux.
Mais depuis des années, les compressions, la sous-traitance et la privatisation ont mené à une réduction marquée de la qualité du service. On coupe dans le temps que le personnel passe avec les patients. On demande au personnel d'en faire toujours plus, mais avec moins de ressources. Mais là, tout le monde est à bout.

De son côté, la privatisation et la sous-traitance à outrance augmente la tarification et implique que plusieurs patients sont soignés par des personnes moins formées, et moins intégrées au reste du réseau. En plus, cette dynamique crée énormément d'emplois très précaires, surtout occupés par des femmes.
Le réseau de la santé n'est pas une entreprise. Il faut remettre les patients et leurs besoins au cœur de nos décisions et donner au personnel les outils et le soutien dont ils ont besoin pour faire leur travail.

Dans le budget 2019, le gouvernement a augmenté le financement pour les soins à domicile. C'est un pas vers l'avant. Mais pour s'assurer qu'on se dirige dans la bonne direction, il faut s'assurer que les soins demeurent publics et accessibles.

C'est pourquoi je joins ma voix à la campagne du SCFP-Québec. Dans l'intérêt des patients et de leurs besoins, c'est le temps de mettre fin à la privatisation et à la sous-traitance dans les soins à domicile. Et ça presse.

Je vous prie d'agréer, madame la députée/monsieur le député, l'expression de mes sentiments distinguées.
Monsieur le député,
Madame la députée,

L'état des soins à domicile au Québec m'inquiète énormément.

Nous savons toutes et tous que la possibilité de recevoir des soins chez soi est un élément essentiel pour que les personnes aînées et les plus vulnérables de notre société continuent d'être autonomes, actifs et engagés dans leur communauté. En plus de permettre des économies substantielles au réseau, ces soins contribuent aussi à désengorger nos hôpitaux.
Mais depuis des années, les compressions, la sous-traitance et la privatisation ont mené à une réduction marquée de la qualité du service. On coupe dans le temps que le personnel passe avec les patients. On demande au personnel d'en faire toujours plus, mais avec moins de ressources. Mais là, tout le monde est à bout.

De son côté, la privatisation et la sous-traitance à outrance augmente la tarification et implique que plusieurs patients sont soignés par des personnes moins formées, et moins intégrées au reste du réseau. En plus, cette dynamique crée énormément d'emplois très précaires, surtout occupés par des femmes.
Le réseau de la santé n'est pas une entreprise. Il faut remettre les patients et leurs besoins au cœur de nos décisions et donner au personnel les outils et le soutien dont ils ont besoin pour faire leur travail.

Dans le budget 2019, le gouvernement a augmenté le financement pour les soins à domicile. C'est un pas vers l'avant. Mais pour s'assurer qu'on se dirige dans la bonne direction, il faut s'assurer que les soins demeurent publics et accessibles.

C'est pourquoi je joins ma voix à la campagne du SCFP-Québec. Dans l'intérêt des patients et de leurs besoins, c'est le temps de mettre fin à la privatisation et à la sous-traitance dans les soins à domicile. Et ça presse.

Je vous prie d'agréer, madame la députée/monsieur le député, l'expression de mes sentiments distinguées.

En remplissant ce court formulaire, vous pouvez envoyer cette lettre directement à votre député(e) à l'Assemblée nationale.

SCFP_Main_Bleu
© 2019 — Syndicat canadien de la fonction publique
© 2019 — Syndicat canadien de la fonction publique
© 2019 — Syndicat canadien de la fonction publique
© 2019 — Syndicat canadien de la fonction publique
© 2019 — Syndicat canadien de la fonction publique