Présents >
pour Sylvie

Présents >
pour Sylvie

Présents >
pour Sylvie

Présents >
pour Sylvie

Présents >
pour Sylvie

n

n

n

Sylvie Gagné

ASSS — CLSC DE GRANBY



AUXILIAIRES EN SANTÉ ... ET SERVICES SOCIAUX?

Pour réussir à réduire le temps passé avec les patients, on a bien sûr commencé par couper dans les services périphériques: cuisine, épicerie, ménage. Mais dernièrement, les gestionnaires sont allés encore plus loin : on dit aux auxiliaires d'éviter le plus possible de tisser des liens d'amitié et, surtout, de refuser systématiquement tout service que pourraient demander les patients, et ce, même s'il s'agit de choses simples.

Mais les études démontrent que la solitude et l'isolement sont plus dommageables que le manque d'activité physique, l'obésité et le tabagisme. Même le Dr Martin Juneau de l'Institut de cardiologie de Montréal affirme que « Toutes ces études le prouvent : l’interaction sociale est la pierre angulaire de l’espérance de vie et a plus d’impact sur la santé que la génétique, l’argent, le type d’emploi ou même le taux de cholestérol ». Une étude de l'Université Harvard indique que l'isolement double le risque de mort prématurée. Avec l’abondance de preuves scientifiques, ne devrait-on pas aller dans le sens contraire? Les services de santé, particulièrement les soins à domicile, ne devraient-ils pas se concentrer sur l’aspect social et les interactions humaines, lesquels vont au-delà des soins de base?

Sylvie Gagné

ASSS — CLSC DE GRANBY



AUXILIAIRES EN SANTÉ ... ET SERVICES SOCIAUX?

Pour réussir à réduire le temps passé avec les patients, on a bien sûr commencé par couper dans les services périphériques: cuisine, épicerie, ménage. Mais dernièrement, les gestionnaires sont allés encore plus loin : on dit aux auxiliaires d'éviter le plus possible de tisser des liens d'amitié et, surtout, de refuser systématiquement tout service que pourraient demander les patients, et ce, même s'il s'agit de choses simples.

Mais les études démontrent que la solitude et l'isolement sont plus dommageables que le manque d'activité physique, l'obésité et le tabagisme. Même le Dr Martin Juneau de l'Institut de cardiologie de Montréal affirme que « Toutes ces études le prouvent : l’interaction sociale est la pierre angulaire de l’espérance de vie et a plus d’impact sur la santé que la génétique, l’argent, le type d’emploi ou même le taux de cholestérol ». Une étude de l'Université Harvard indique que l'isolement double le risque de mort prématurée. Avec l’abondance de preuves scientifiques, ne devrait-on pas aller dans le sens contraire? Les services de santé, particulièrement les soins à domicile, ne devraient-ils pas se concentrer sur l’aspect social et les interactions humaines, lesquels vont au-delà des soins de base?

Sylvie Gagné

ASSS — CLSC DE GRANBY



AUXILIAIRES EN SANTÉ ... ET SERVICES SOCIAUX?

Pour réussir à réduire le temps passé avec les patients, on a bien sûr commencé par couper dans les services périphériques: cuisine, épicerie, ménage. Mais dernièrement, les gestionnaires sont allés encore plus loin : on dit aux auxiliaires d'éviter le plus possible de tisser des liens d'amitié et, surtout, de refuser systématiquement tout service que pourraient demander les patients, et ce, même s'il s'agit de choses simples.

Mais les études démontrent que la solitude et l'isolement sont plus dommageables que le manque d'activité physique, l'obésité et le tabagisme. Même le Dr Martin Juneau de l'Institut de cardiologie de Montréal affirme que « Toutes ces études le prouvent : l’interaction sociale est la pierre angulaire de l’espérance de vie et a plus d’impact sur la santé que la génétique, l’argent, le type d’emploi ou même le taux de cholestérol ». Une étude de l'Université Harvard indique que l'isolement double le risque de mort prématurée. Avec l’abondance de preuves scientifiques, ne devrait-on pas aller dans le sens contraire? Les services de santé, particulièrement les soins à domicile, ne devraient-ils pas se concentrer sur l’aspect social et les interactions humaines, lesquels vont au-delà des soins de base?

Sylvie Gagné

ASSS — CLSC DE GRANBY


AUXILIAIRES EN SANTÉ ... ET SERVICES SOCIAUX?

Pour réussir à réduire le temps passé avec les patients, on a bien sûr commencé par couper dans les services périphériques: cuisine, épicerie, ménage. Mais dernièrement, les gestionnaires sont allés encore plus loin : on dit aux auxiliaires d'éviter le plus possible de tisser des liens d'amitié et, surtout, de refuser systématiquement tout service que pourraient demander les patients, et ce, même s'il s'agit de choses simples.

Mais les études démontrent que la solitude et l'isolement sont plus dommageables que le manque d'activité physique, l'obésité et le tabagisme. Même le Dr Martin Juneau de l'Institut de cardiologie de Montréal affirme que « Toutes ces études le prouvent : l’interaction sociale est la pierre angulaire de l’espérance de vie et a plus d’impact sur la santé que la génétique, l’argent, le type d’emploi ou même le taux de cholestérol ». Une étude de l'Université Harvard indique que l'isolement double le risque de mort prématurée. Avec l’abondance de preuves scientifiques, ne devrait-on pas aller dans le sens contraire? Les services de santé, particulièrement les soins à domicile, ne devraient-ils pas se concentrer sur l’aspect social et les interactions humaines, lesquels vont au-delà des soins de base?

Sylvie Gagné

ASSS —
CLSC DE GRANBY


AUXILIAIRES EN SANTÉ ... ET SERVICES SOCIAUX?

Pour réussir à réduire le temps passé avec les patients, on a bien sûr commencé par couper dans les services périphériques: cuisine, épicerie, ménage. Mais dernièrement, les gestionnaires sont allés encore plus loin : on dit aux auxiliaires d'éviter le plus possible de tisser des liens d'amitié et, surtout, de refuser systématiquement tout service que pourraient demander les patients, et ce, même s'il s'agit de choses simples.

Mais les études démontrent que la solitude et l'isolement sont plus dommageables que le manque d'activité physique, l'obésité et le tabagisme. Même le Dr Martin Juneau de l'Institut de cardiologie de Montréal affirme que « Toutes ces études le prouvent : l’interaction sociale est la pierre angulaire de l’espérance de vie et a plus d’impact sur la santé que la génétique, l’argent, le type d’emploi ou même le taux de cholestérol ». Une étude de l'Université Harvard indique que l'isolement double le risque de mort prématurée. Avec l’abondance de preuves scientifiques, ne devrait-on pas aller dans le sens contraire? Les services de santé, particulièrement les soins à domicile, ne devraient-ils pas se concentrer sur l’aspect social et les interactions humaines, lesquels vont au-delà des soins de base?

RENVERSER LA TENDANCE 

La solution semble bien simple : il faut arrêter de couper dans le temps passé avec les patients et redonner aux auxiliaires la flexibilité et la latitude pour qu’ils puissent donner les soins appropriés aux patients. Les auxiliaires sont nos experts sur le terrain, pas les gestionnaires. Il serait grand temps de nous fier à eux afin qu’ils apportent réconfort à ceux et celles qui en ont bien besoin.

RENVERSER LA TENDANCE

La solution semble bien simple : il faut arrêter de couper dans le temps passé avec les patients et redonner aux auxiliaires la flexibilité et la latitude pour qu’ils puissent donner les soins appropriés aux patients. Les auxiliaires sont nos experts sur le terrain, pas les gestionnaires. Il serait grand temps de nous fier à eux afin qu’ils apportent réconfort à ceux et celles qui en ont bien besoin.

SCFP_Main_Bleu
© 2019 — Syndicat canadien de la fonction publique
© 2019 — Syndicat canadien de la fonction publique
© 2019 — Syndicat canadien de la fonction publique
© 2019 — Syndicat canadien de la fonction publique
© 2019 — Syndicat canadien de la fonction publique