Présents >
pour Victor

Présents >
pour Victor

Présents >
pour Victor

Présents >
pour Victor

Présents >
pour Victor

n

n

n

Victor Deveger

ASSS — CLSC DE PIERREFONDS



TOUJOURS PLUS AVEC ENCORE MOINS

Sans oublier les salariés du réseau qui doivent sans cesse en faire plus, et ce, avec moins de soutien, c’est le service au patient qui a le plus souffert des compressions à répétition. Le temps alloué à chaque patient a été réduit, parfois même de moitié, et on n'a pas toujours les équipements nécessaires pour prendre toutes les précautions au niveau de la sécurité des patients et des auxiliaires. Bref, plusieurs ne reçoivent pas tous les soins dont ils ont besoin.

Victor Deveger

ASSS — CLSC DE PIERREFONDS



TOUJOURS PLUS AVEC ENCORE MOINS

Sans oublier les salariés du réseau qui doivent sans cesse en faire plus, et ce, avec moins de soutien, c’est le service au patient qui a le plus souffert des compressions à répétition. Le temps alloué à chaque patient a été réduit, parfois même de moitié, et on n'a pas toujours les équipements nécessaires pour prendre toutes les précautions au niveau de la sécurité des patients et des auxiliaires. Bref, plusieurs ne reçoivent pas tous les soins dont ils ont besoin.

Victor Deveger

ASSS — CLSC DE PIERREFONDS



TOUJOURS PLUS AVEC ENCORE MOINS

Sans oublier les salariés du réseau qui doivent sans cesse en faire plus, et ce, avec moins de soutien, c’est le service au patient qui a le plus souffert des compressions à répétition. Le temps alloué à chaque patient a été réduit, parfois même de moitié, et on n'a pas toujours les équipements nécessaires pour prendre toutes les précautions au niveau de la sécurité des patients et des auxiliaires. Bref, plusieurs ne reçoivent pas tous les soins dont ils ont besoin.

Victor Deveger

ASSS — CLSC DE PIERREFONDS


TOUJOURS PLUS AVEC ENCORE MOINS

Sans oublier les salariés du réseau qui doivent sans cesse en faire plus, et ce, avec moins de soutien, c’est le service au patient qui a le plus souffert des compressions à répétition. Le temps alloué à chaque patient a été réduit, parfois même de moitié, et on n'a pas toujours les équipements nécessaires pour prendre toutes les précautions au niveau de la sécurité des patients et des auxiliaires. Bref, plusieurs ne reçoivent pas tous les soins dont ils ont besoin.

Victor Deveger

ASSS —
CLSC DE PIERREFONDS


TOUJOURS PLUS AVEC ENCORE MOINS

Sans oublier les salariés du réseau qui doivent sans cesse en faire plus, et ce, avec moins de soutien, c’est le service au patient qui a le plus souffert des compressions à répétition. Le temps alloué à chaque patient a été réduit, parfois même de moitié, et on n'a pas toujours les équipements nécessaires pour prendre toutes les précautions au niveau de la sécurité des patients et des auxiliaires. Bref, plusieurs ne reçoivent pas tous les soins dont ils ont besoin.

PROJET DE LOI 90 : DE LA SOUS-TRAITANCE CACHÉE?

Adoptée en 2002, cette loi avait pour objectif de permettre à des non professionnels, dans certaines circonstances, d'exercer des activités exercées habituellement par des professionnels, comme prendre le pouls, donner une piqûre pour le diabète, etc.
 
Même si cette mesure est appropriée dans des cas bien spécifiques, l'éventail des tâches déléguées prend continuellement de l'ampleur. Il en résulte que nos auxiliaires doivent faire des manipulations pour lesquelles ils n'ont pas du tout la même formation que les professionnels.
 
Encore une fois, ce sont les patients qui, au bout du compte, ne reçoivent pas les soins qu'ils méritent.

SCFP_Main_Bleu
© 2019 — Syndicat canadien de la fonction publique
© 2019 — Syndicat canadien de la fonction publique
© 2019 — Syndicat canadien de la fonction publique
© 2019 — Syndicat canadien de la fonction publique
© 2019 — Syndicat canadien de la fonction publique